Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets

Logo

Espace d'exposition :
  • Recherche & valorisation
Activités :

Le LPCNO est une unité mixte de recherche placée sous tutelle du CNRS, de l’INSA et de l’Université Paul Sabatier UT3 dont l’INSA est l’hébergeur et le gestionnaire. L’activité du laboratoire est tournée vers la synthèse, l’étude des propriétés physiques et la modélisation de nano-objects qui constituent depuis plusieurs années un domaine émergent à la frontière de la physique du solide et de la chimie moléculaire.

Compétences et domaines d'intervention :

Le but de cette miniaturisation ultime est de créer des objets aux propriétés et fonctionnalités nouvelles qui touchent de nombreux secteurs d’activité tels que la communication et l’information, les transports, la sécurité, la santé, l’environnement…
Les systèmes étudiés concernent les nanoparticules semi-conductrices ou métalliques, les nanotubes, et plus récemment les biomolécules et brins d’ADN.
Le LPCNO a une très forte expérience en :
- Spectroscopies optiques
- Nanostructuration
- Nanomagnétisme
- Mesures de transport
- Synthèse de nanoparticules
- Modélisation moléculaire

Site Web :

insa-toulouse.fr

Nom :

CHAUDRET

Prénom :

Bruno

Fonction :

Directeur de Recherche CNRS

Adresse postale :

135 Avenue de Rangueil

Ville :

Toulouse

Code postal :

31077

E-mail :

Email caché; Javascript est requis.

Téléphone :

05 61 55 95 55

Le projet que vous présenterez :

MÉTHAMAG est un nouveau procédé de méthanation (CO2 --> CH4) basé sur l’utilisation de l’induction magnétique. Cette innovation permet notamment de répondre à tous les enjeux du stockage des sources renouvelables d’énergie tout en affichant des rendements énergétiques bien supérieurs à tout
autre système.
MÉTHAMAG associe, au procédé classique de production
de méthane par catalyseur, l’induction magnétique.
L’ajout d’une bobine magnétique autour d’un catalyseur permet de créer un champ éclectique provoquant une augmentation en température plus forte et plus localisée.
Cette réaction d’hyperthermie magnétique se produisant hors équilibre, la conversion de CO2 injectée dans le catalyseur en méthane est supérieure à 98% avec une sélectivité de 100%.