Norimat vient de mettre au point un nouveau procédé de fabrication de pièces complexes et résistantes destinées aux entreprises de l’aéronautique, du spatial, de la défense et du luxe.

Cette innovation, tout en divisant par quatre le temps de fabrication des pièces hautes performances, limite la perte de matière à moins de 5%.

PRÉSENTATION DE L'ENTREPRISE

Norimat

Création en 2016
Siège à Labège (31)
7 collaborateurs

« Le frittage flash, la technologie que nous utilisons, a été mise au point au Japon, il y a une trentaine d’années », précise Romain Epherre, président de Norimat.

Elle consiste à chauffer une poudre avec un courant électrique pulsé, permettant d’avoir des vitesses de montée en températures jusqu’à100°C/ minute, contre 5°C/minute pour les procédés classiques. Moins de 30 minutes sont nécessaires pour passer de la poudre choisie par le client à la pièce finale, après un traitement à plus de 1300°C !

Réalisation des pièces en 3D

« Malgré l’intérêt qu’il représente en termes de rapidité et de résistance, ce procédé a été délaissé en Europe et aux Etats-Unis poursuit-il, car il était impossible de produire autre chose que des pièces plates. »

Grâce à l’invention d’un système inédit de surmoulage céramique permettant la mise en forme des poudres métalliques, Norimat arrive à produire des pièces complexes au plus près de la côte.

Fruit de quinze années de R&D

Cette innovation, qui a donné lieu à un dépôt de brevet en novembre 2015, a été rendue possible après 15 ans de R&D au sein du centre interuniversitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux de Toulouse (CIRIMAT). Membre du pôle de compétitivité Aerospace Valley et du pôle européen de la céramique, Norimat a également été suivi par Toulouse Tech Transfer, la SATT de Toulouse, en 2015 en tant que spin-off du CIRIMAT. Puis sélectionné par l’incubateur Midi-Pyrénées (Nubbo) pour un accompagnement d’un an principalement basé sur le développement marketing et commercial de la société.

Un projet soutenu par AD’OCC

En remportant le prix de la Start-up de l’année, Norimat va poursuivre le pré-lancement industriel de son procédé en partenariat avec le CEA Tech de Toulouse et accompagnée par l’agence AD’OCC, comme elle l’a déjà été depuis sa création.
En effet, la société a été soutenue en 2016 et 2018 par l’agence AD’OCC dans le cadre de la structuration de deux projets innovations et la mobilisation d’aides pour leur faisabilité technique.

« Cela nous a notamment permis de déposer trois brevets technologiques », déclare Romain Epherre.

Un troisième projet pour développer cette fois la partie commerciale de la société, devrait faire l’objet en 2019, d’une subvention par le biais du parcours START’OC. Par ailleurs, Norimat est en train de finaliser une levée de fonds pour le premier semestre 2019 afin de rentrer dans une phase d’industrialisation plus importante.

L’agence AD’OCC accompagne l’innovation des entreprises régionales