Mimbus a créé la première plateforme logicielle capable de se connecter à n’importe quel simulateur virtuel pour analyser le comportement de l’élève et aider le formateur à lui fournir des exercices adaptés.

PRÉSENTATION DE L'ENTREPRISE

Mimbus

Création en 2011
Siège à Saint-Jean (31)
16 collaborateurs

« C’est parce que notre premier simulateur était conçu pour le soudage, sourit Laurent Da Dalto, président de Mimbus, que notre plateforme de suivi de la formation s’appelle Vulcan, en hommage à Vulcain, le dieu romain de la forge. »

Depuis, la société commercialise des simulateurs virtuels pour une vingtaine d’autres métiers comme la peinture au pistolet, l’électricité ou la menuiserie, dans plus de soixante pays.

Redorer l’image du métier

L’idée était de fournir à des métiers manuels souffrant d’une mauvaise image et d’une pénurie de main-d’œuvre, des outils numériques capables d’apprendre les bons gestes à des débutants.

« Il peut s’agir de gestes simples ou très complexes, précise-t-il. L’objectif est de repositionner l’élève dans un environnement réaliste afin qu’il réalise le geste professionnel tel qu’il doit être. »

Grâce à un logiciel perfectionné, le simulateur capture les gestes de l’élève et le guide pour qu’il les améliore, tout en analysant ses performances.

« Ces informations, indique-t-il sont ensuite transmises au formateur via Vulcan, la plateforme Cloud unique au monde que nous avons conçue. »

Quand le social surgit

Après un voyage au Pakistan, où il avait vendu un simulateur pour que de jeunes handicapés abandonnés par leur famille se forment à la peinture industrielle, Laurent Da Dalto a mesuré à quel point ses simulateurs pouvaient changer leur vie. Secoué par l’extrême misère de ces jeunes, il a créé un centre, qu’il inaugurera en février, équipé de quatre simulateurs pour les former à devenir électricien et animé par trois formateurs.

« Je voulais vraiment faire quelque chose pour eux, précise-t-il. J’ai été aidé par des sponsors, et je souhaite en trouver d’autres pour ouvrir de nouveaux centres en Inde et au Pakistan, parallèlement au développement économique de Mimbus. »

Projets de développement

En 2018, afin de se positionner sur le marché américain, la société a ouvert une agence à Chicago. Le succès a été immédiat. En 2018, le CA de l’agence s’établissait à 150 K€ et devrait s’élever à 900 K€ en 2019.
La Région accompagne Mimbus depuis 2017 via un financement Readynov, à hauteur de 100 K€, et un Contrat Export de 100K€ également.

« Nous sommes actuellement à la recherche d’investisseurs et nous avons remis à jour un business plan qui montre un besoin de 600 K€ d’ici à l’été 2019. »

L’agence AD’OCC accompagne l’innovation des entreprises régionales