REGEnLIFE développe une thérapie prometteuse contre les maladies neurodégénératives et notamment la maladie d’Alzheimer.

Associant un casque et un plastron abdominal, son dispositif cible en même temps les zones atteintes du cerveau et celles de l’intestin.

PRÉSENTATION DE L'ENTREPRISE

REGEnLIFE

Création en 2016
Siège à Montpellier
10 personnes à temps plein

La flore intestinale pourrait jouer un rôle majeur dans les maladies neurodégénératives, qu’il s’agisse de la maladie d’Alzheimer ou de la maladie de Parkinson. Basée à Montpellier, REGEnLIFE développe ainsi un traitement ciblant concomitamment les zones fragilisées du cerveau et celles de l’intestin.

Une technologie disruptive

La société a conçu et breveté un dispositif inédit, couplant un casque et un plastron abdominal. Pilotés par une console, les deux appareils émettent des ondes non-invasives, dont la lumière infrarouge, qui se focalisent en même temps sur les neurones du cerveau et le microbiote intestinal.

« Des effets neuroprotecteurs ont été mis en évidence sur un modèle préclinique », explique Guillaume Blivet, le dirigeant et co-fondateur de REGEnLIFE, diplômé d’un Master 2 en santé publique, décroché à l’Université Toulouse III.

L’axe cerveau-intestin potentiellement impliqué

Ce dispositif, totalement innovant, s’appuie sur des découvertes médicales qui ont bouleversé l’approche des maladies neurodégénératives.

« L’axe cerveau-intestin serait potentiellement impliqué dans le développement de la maladie d’Alzheimer, caractérisé notamment par une accumulation de peptides bêta-amyloïdes dans le cerveau », explique Guillaume Blivet.

Or, ces protéines, une fois agrégées en plaques dans le cerveau, peuvent notamment provoquer une inflammation cérébrale… et déboucher sur une dégénérescence des neurones.

L’essai clinique réalisé avec le CHU de Montpellier

REGEnLIFE mène, depuis septembre 2018, son premier essai clinique avec le CHU de Montpellier. La société s’appuie sur de solides partenaires : le montpelliérain Jacques Touchon, professeur émérite, spécialiste de la maladie d’Alzheimer de renommée internationale, conseiller scientifique de REGEnLIFE, l’Inserm et le CNRS, les sociétés Amylgen (Montpellier) et Vaiomer (Toulouse).

Une augmentation de capital en préparation

Fort de ces appuis, REGEnLIFE prépare la suite. Une augmentation de capital et de nouveaux brevets sont en préparation. La société mise sur une validation et une mise sur le marché de son dispositif d’ici 2022, au plus tard. C’est que les maladies neurodégénératives constituent un fléau. Dans le monde, plus de 45 millions de personnes souffrent de démences type Alzheimer et leur nombre est en constante augmentation.

Chez REGEnLIFE, la matière grise tourne donc à plein régime. Dans toutes ses démarches, Guillaume Blivet sait pouvoir compter sur AD’OCC, l’Agence régionale de développement économique de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

« AD’OCC nous a mis en relation avec Bpifrance, le BIC Cap Omega à Montpellier. AD’OCC est à nos côtés depuis le départ », souligne-t-il.

L’agence AD’OCC accompagne l’innovation des entreprises régionales