Le jeune ingénieur en mécanique des fluides Jean-Emmanuel Faure a créé une batterie mobile qui stocke la chaleur perdue des usines et la restitue pour chauffer des bâtiments.

Soutenue par la Région Occitanie et Bpifrance, sa start-up Water Horizon a signé un contrat de partenariat avec Dalkia pour l’industrialiser.

PRÉSENTATION DE L'ENTREPRISE

Water Horizon

Trophée de l’Énergie positive 15 000 €
Création : 2017
Siège : Toulouse
Effectif : 1 personne

La start-up toulousaine Water Horizon crée une nouvelle forme d’énergie renouvelable en stockant la chaleur fatale (perdue) des usines dans une batterie pour chauffer des locaux. Son fondateur, Jean-Emmanuel Faure, 27 ans, a d’abord créé une technologie de désalinisation de l’eau de mer pendant ses études de mécanique des fluides à l’école d’ingénieur ENSEEIHT de l’Institut national polytechnique de Toulouse. Entré à l’incubateur régional d’entreprises en 2016, il a changé d’orientation en s’apercevant que le marché de la désalinisation est complexe à pénétrer. Il a utilisé sa connaissance de la gestion de l’énergie thermique pour concevoir une batterie mobile de stockage de la chaleur. Il s’agit de capter la chaleur fatale des usines (chaleur perdue dans les process industriels) et des incinérateurs de déchets, et de la transporter pour chauffer des immeubles.

Thermochimie

La ressource est considérable.

« La chaleur fatale de l’industrie en France représente l’énergie de six réacteurs nucléaires ! », souligne Jean-Emmanuel Faure, qui a constitué sa société en juin 2017.

Il existe trois types de stockage de la chaleur : les grands ballons d’eau chaude, les matériaux à changement de phase et la thermochimie, utilisée par Water Horizon. Celle-ci est basée sur une réaction chimique réversible entre deux composés.

« On crée une réaction chimique qui absorbe la chaleur. Les composés sont stables et permettent de faire une deuxième réaction qui libère cette chaleur », explique le jeune ingénieur, qui a déposé deux brevets en 2017.

Partenariat avec Dalkia

Jean-Emanuel Faure a créé un prototype dans son garage en 2018, qu’il teste dans le laboratoire d’EDF pour l’industrialiser. Sa start-up Water Horizon a signé un contrat de partenariat avec Dalkia (EDF), leader des réseaux de chaleur en France, pour développer la technologie industrielle. Dalkia a financé une partie du prototype et deviendra un client. L’objectif est de récupérer la chaleur à une température inférieure à 200 degrés – au-dessus, on peut produire de l’électricité – et de la distribuer à 80 degrés pour chauffer les bâtiments à un coût inférieur au gaz, ou pour produire du froid.

Soutien régional

Lauréat du Trophée de l’énergie positive aux rencontres Occitanie Innov, Water Horizon a obtenu plusieurs soutiens de la Région Occitanie qui veut devenir la première région à énergie positive d’Europe. La start-up a levé 50 000 euros auprès du fonds régional d’amorçage Irdinov et obtenu une bourse French Tech de 50 000 euros de Bpifrance en juin 2018, puis un Pass Occitanie de 20 000 euros en novembre. Elle souhaite lever 1 million d’euros en 2019 pour industrialiser la batterie.

L’agence AD’OCC accompagne l’innovation des entreprises régionales